Contorsion

Durée : 3 h/jour
Max : 6 personnes

La contorsion est une technique corporelle qui, dans une écoute et un dialogue constant avec son corps, cherche à s’allonger et à s’ouvrir plutôt que de se plier. En ne poussant ni ne brusquant jamais ses limites, nous allons collaborer avec celles-ci, et ce, dans un respect total de son corps, son outil et son partenaire.
Cette classe sera technique (échauffement spécifique, placement et endurance dans les positions classiques, renforcement spécifique et exercices de «cool-down», et sera basée sur des exercices de flexibilité active et d’étirements des jambes et du dos. Nous allons travailler la conscientisation du corps, la respiration, la posture et l’endurance.

Dialogue acrobatique

Durée : 3 h/jour
Max : 10 personnes

La prouesse au cirque constitue principalement l’essence de cet art. Depuis quelque temps déjà, nous entendons parler de dramaturgie du cirque. Mais, si nous voulons écrire le cirque, nous devons pouvoir aussi le lire, le décoder, et comprendre son système – non seulement intellectuel, mais aussi vécu. Ce stage se penchera principalement sur cette rencontre entre le vécu de l’acrobate dans sa prouesse en rapport à l’œil de celui qui regarde – un autre acrobate. Recevoir les intentions d’un mouvement et répondre à son tour physiquement par la prouesse acrobatique. Dans ce stage, nous allons nous intéresser au dialogue : au continuel devenir de la prouesse à la construction d’un seul chemin commun suite à une rencontre. À partir d’exercices d’improvisation autour de la prouesse, nous allons travailler en solo, en duo et en groupe. Nous allons questionner, par la forme, le vécu de l’acrobate, le perçu du spectateur, et comment pouvons-nous articuler cette rencontre.

Les classes débuteront par un échauffement approfondi, afin d’ouvrir un premier dialogue intérieur. Ensuite, nous allons questionner, explorer et déconstruire la prouesse en renversant ses codes, en jouant sur ses rythmes et angles de présentation. Nous allons tenter de déterritorialiser le danger qui l’habite, de sorte à ce que la prouesse devienne une matière, un outil. Ce premier travail a pour but d’ouvrir la conscience intérieure de l’acrobate quant aux différentes interprétations possibles pour ensuite aller à la rencontre de l’autre au moyen de la prouesse. Par la suite, au sein d’improvisations, nous allons occasionner des rencontres. De celles-ci, nous allons discuter et réfléchir les différentes lectures et interprétations possibles : celle vécue comme perçue.